Garth Bowden

The world of Pisney

“History always constitutes the relation between a present and its past. Consequently fear of the present leads to mystification of the past”

― John Berger, Ways of Seeing

The World of Pisney attempts to demystify the past.. and acknowledge the pervasive art forms and influences of the present. The present is by its nature evasive precisely because it lacks perspective. Hence, Pisney blurs the dividing line between the past and the present, and between two distinct cultural icons, Picasso and Disney, echoing contemporary society in which pop culture and art icons collide within the market place of commodities.

Cartoon imagery consumes everything within its plastic visual language, as did Picasso – reinventing the world in his vision. Pisney represents this amalgam, this cultural compression of high and low, of art and pop culture. Cartoon images often have no literal sense, but work visually. A Picasso deconstruction works in the same way. His language reinvents reality, twists and distorts it, but it succeeds because of its visual harmony even when we are faced with surreal juxtapositions. Picasso constantly adapted his style to keep up with his vision of the world, making it difficult to separate his medium from his message.

We steady our steps into the future by keeping sight of the past. Picasso was a sign post, a cultural marker for a new direction and perspective on representation. Disney is many things…and certainly much more than cartoon characters and a logo. It’s a lifestyle, a soft power ambassador for the American dream. It creates stories, and merchandise and theme parks which in turn feed the Disney machine. It sells a fiction as a reality. Welcome to Disneyworld.

We live in a time where action films are based on toy figures, (rather than toy figures based of film characters), and we communicate in a reduced lexicon of emoticons. Culture is imploding, feeding upon itself, and Pisney reflects this trend. Merging past and present is like using a compass in a forest, to mark our direction when no horizon is in sight. You are therefore invited into the inner world of Dora Mouse… and to question whether indeed she has one…

Analytical Minnie 97 x 71 cm acrylic on canvas

“L’Histoire est toujours constituée de la relation entre le présent et le passé. En conséquence, la peur du présent conduit à la mystification du passé »

― John Berger, Ways of Seeing


The World of Pisney tente de démystifier le passé en reconnaissant les courants artistiques largement répandus et les influences du présent. En l’absence de perspective, le présent est évasif par nature. La série Pisney tente d’estomper la séparation entre le passé et le présent, comme celle entre deux icônes culturelles distinctes, Picasso et Disney, faisant ainsi l’écho d’une société contemporaine où icônes de l’art et culture pop entrent en collision dans le marché des commodités.

L’imagerie des bandes dessinées absorbe tout au sein de son langage visuel plastique, à l’image de Picasso qui réinventait le monde selon sa propre vision. Pisney représente cet amalgame, compression culturelle des extrêmes haut et bas, de l’art et de la culture pop. Les images de dessins animés n’ont souvent pas de sens littéral, mais elles fonctionnent visuellement. Tout comme une déconstruction de Picasso. Son langage réinvente la réalité, la tourne et la déforme avec succès, grâce à la préservation d’une harmonie visuelle et cela même en présence de juxtapositions surréalistes. Picasso adaptait son style constamment pour rester en phase avec sa vision du monde, rendant ainsi difficile la séparation du medium et du message.

Nous stabilisons nos pas dans l’avenir en gardant l’oeil sur le passé. Picasso était comme un repère, un marqueur culturel vers une nouvelle direction et perspective de représentation. Disney représente tant de choses… bien au-delà d’un logo et des personnages animés. C’est à la fois un style de vie et un ambassadeur « soft power » du rêve américain, générant des histoires, des produits, des parcs d’attraction, qui en retour alimentent la machine Disney. La fiction est vendue comme réalité. Bienvenue à Disneyworld.

Nous vivons à une époque où les films d’action sont basés sur des personnages animés, des jouets, (plutôt que les jouets basés sur des personnages de films), et nous communiquons avec un vocabulaire réduit d’émoticônes. La culture implose, se nourrit d’elle-même. Pisney reflète cette tendance. Fusionner le passé et le présent s’apparente à utiliser une boussole dans une forêt pour indiquer la direction à suivre lorsque l’horizon est invisible. Ainsi, vous êtes invités à pénétrer dans le monde intérieur de Dora Mouse, son âme…et à questionner si effectivement elle en a une…