Garth Bowden

Tiki Miki - Current EXHIBITION - Paris

Tiki Miki – Welcome to Paradise

Current EXHIBITION
@lestudio_gallery Paris
38-40 Rue de la Victoire, 75009
www.lestudio-gallery.com

La nouvelle exposition « TikiMiki » qui regroupe peintures, dessins, photos et sculptures.

D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?

La question poignante de Gauguin initie un dialogue qui n’est pas moins d’actualité aujourd’hui qu’il ne l’était en 1898 lorsqu’il a peint cette oeuvre monumentale à Tahiti.

Le Tiki est devenu une marque, un logo, une icône, au même titre que Mickey, l’ambassadeur du « soft power » généralisé et envahissant de Disney et du rêve américain, dont l’iconographie transcende frontières et continents.

Au 19ème siècle, la colonisation de Tahiti et les règles strictes des missionnaires britanniques et français y ont laissé un vide culturel. La quasi-totalité de leurs pratiques traditionnelles étant interdites – de l’art du tatouage, à la religion, la danse, le sport, les costumes – les tahitiens ont intégré et adopté une identité et des pratiques religieuses plus occidentales.

Depuis quelques années, Tahiti connait une renaissance culturelle, redécouvrant et ressuscitant son identité et sa culture ensevelie sous une culture pop américanisée.

Ainsi TiKiMiKi représente l’alliance entre la culture première et la culture populaire.

Comment une culture évolue et survit-t-elle face à un monde en changement constant ? Qui définit ce qui est authentique et ce qui ne l’est pas ? Si une culture n’évolue plus, est-elle encore vivante ? Il n’y a pas de réponse évidente à ces questions.

Cette exposition explore les sujets universels de la surconsommation, du gaspillage et du traitement des déchets, ainsi que l’influence des États-Unis, de leur style de vie et de la culture populaire. L’artiste s’interroge ainsi sur l’impossibilité de retourner en arrière, car le passé est devenu aussi fictif que le futur. Le paradis que nous cherchons ne peut se révéler que dans l’imperfection du présent. Les cultures évoluent, changent, grandissent pour refléter l’actualité, la technologie, la prise de conscience. l’Histoire n’est pas un livre fermé. C’est au contraire une histoire en développement constant, qui pose et repose la même question…

Farewell Song – pencil, acrylic on paper 40 x 50 cm

Welcome to Paradise – pencil on paper 40 x 50 cm

Land of Milk and Honey – pencil, acrylic on vintage paper 50 x 70 cm

New exhibit at the Magical Kingdom – 60 x 40 cm

Selfie avec Tiki / Selfie avec Mickey

Quel est ce besoin de vouloir s’identifier à quelque chose de plus grand que soi, au-delà de l’individu, quelque chose de mystérieux et magique? Quelque chose de puissant. Traditionnellement, il y a des bénéfices à appartenir à une tribu: la sécurité et la communauté; la continuité de la culture et des coutumes.

Les choses sont-elles différentes aujourd’hui? Nous avons remplacé le culte des idoles et des rites spirituels avec le culte des marques, de la célébrité, de l’argent et tous ses privilèges. Les marques de designer sont nos tribus contemporaines, elles définissent nos habitudes et notre style de vie. Plus nous dépensons, plus nous entrons dans un cercle fermé. Et plus nous nous rapprochons de l’autel du matérialisme spirituel.

Le Tiki est considéré comme sacré – on nous dit de ne pas le toucher – et pourtant nous voulons le toucher, nous voulons rencontrer nos stars, nos idoles. Quelle est la différence entre rencontrer un Tiki et rencontrer Mickey? Le Tiki est un bloc de pierre sculpté, Mickey est un masque creux sculpté. Tous les deux sont devenus des icônes.

Les anciens temples polynésiens, les marae, sont toujours des endroits sacrés pour de nombreux polynésiens, même si la pratique des religions indigènes a largement cessé suite à la venue des missionnaires et les effets de la colonisation. Qui préserve la sainteté de ces pierres s’il n’y a plus de cérémonies? Lorsqu’une tradition et sa transmission sont interrompues, peuvent-elles être rétablies? Devraient-elles l’être? Quelle serait la version contemporaine de ces rituels?

Selfie with Tiki / Selfie with Mickey

What is this human urge to identify with something greater – something beyond the individual, something mysterious and magical? Something powerful. Traditionally, there are benefits to belonging to a tribe; safety, security, community – continuity of culture and customs.

Fast forward to contemporary life – are things so different? We replace idol worship and spiritual ritual with the worship of brands, celebrity and wealth and the numerous trappings of wealth. Designer brands are our contemporary tribes, defining our social habits and lifestyle. Greater expense, greater exclusivity. Bringing us closer to the inner priesthood of material spirituality. The Tiki is considered sacred.. we are told not to touch – but we want to touch – we want to meet the stars – our idols. Is there a difference between meeting a Tiki and meeting Mickey? Tiki is a sculpted piece of stone – Mickey is a sculpted hollow mask. Yet, they both have become icons.

The ancient Polynesian stone temple platforms, the marae, are still considered to be holy places by many Polynesians even though indigenous religious practices have largely ceased due to Christian missionaries and the effects of colonisation. What keeps these rocks holy if there are no longer ceremonies performed? When a tradition and its transmission has been broken, can it be reinstated? Should it be? What would be the contemporary version of these rituals be?

Selfie with Mickey and Minnie – pencil on paper 50 x 60 cm

Selfie with Tiki - pencil on paper 60 x 80 cm

Cultural Totems, after Lucien Gauthier – 40 x 60 cm

Post Card from Tahiti – 40 x 50 cm

Forbidden Fruit, after Lucien Gauthier – 40 x 60 cm

Post Card from Tahiti II, after Lucien Gautheir – 40 x 60 cm

Where do we come from? Where are we going? – 40 x 50 cm

Post Card from Tahiti III, after Lucien Gautheir – 40 x 60 cm

Post Card from Tahiti IV – 40 x 50 cm

Cast Members – 40 x 50 cm

Tahiti Street Paintings

Comme beaucoup d’autres cultures, les tahitiens s’efforcent d’intégrer leur histoire et leurs coutumes avec l’invasion de la culture pop. Le Tiki est devenu une marque, un logo, ou une icône, au même titre que Mickey est l’ambassadeur du ‘soft power’ généralisé et envahissant de Disney et du rêve américain. Son iconographie transcende frontières et continents. TiKiMiKi représente l’alliance entre la culture primitive et la culture populaire.

Street Icons – tirage 100 x 130 cm

‘Les Filles Hinano’ – Tahiti Street Paintings

‘Gauguin est-il devenu Tahitien?’ – tirage 100 x 130 cm

TikiMiki Rules – Tahiti Street Paintings

Deux Nuages – Tahiti Street Paintings

The Benevolent Tiki Miki- Tahiti Street Paintings

Gauguin Tag – tirage 100 x 130 cm

The Flood

Landfill is the oldest and most common form of waste treatment the world over.
Garbage dumps are a form of burial – a mass grave for used, unwanted and broken objects – unmarked tombs for objects that have fallen in the service of our consumptive societies.
Centuries ago we used stones and bones and leather and wood and wax and metal and clay.. and in those times landfill could be conceived of as returning things back to nature. Contemporary industrialised societies are much more fragmented. From labour specialisation, technology and materials produced.
When we don’t know the providence and process of production of almost everything around us it’s hardly surprising that people dispose of things recklessly and accumulate insatiably.. Contemporary society lures us into these dysfunctional habits.
Living on a island gives a unique chance for awareness and creativity with regards to lifestyle and its residue because there is not limitless space to bury and hide waste.
This series explores this cultural backwash. This regurgitation of undigested waste. Societies drains are blocked, and our effluence is rising back up to the surface.
Welcome to ‘The Flood’.

Body Count I – 60 x 80 cm

Profit and Loss – 60 x 80 cm

What have we become? 80 x 60 cm

The Collapse – 60 x 80cm