Garth Bowden

Gauguin Live Chat project

Projet – Gauguin « Live Chat »

Une fenêtre sur les vies des Tahitiennes d’aujourd’hui

Gauguin, suite à des lectures présentant Tahiti comme un Eden où la vie est facile et l’amour libre, décide d’embarquer pour le Pacifique – attiré par l’exotisme, la force du mystique, du primitif. A son arrivée cependant, il fut choqué de trouver un Tahiti européanisé, les traces de religion indigène et les pratiques culturelles traditionnelles disparues, suite à l’influence des missionnaires et la colonisation.

Ne trouvant pas le paradis qu’il cherchait, et refusant de représenter la réalité imparfaite qu’il avait trouvée, Gauguin décida de créer le Tahiti qu’il voulait dans son art. Ainsi, il préféra perpétuer le fantasme en représentant les tahitiens et tahitiennes surtout, en beautés passives vivant dans un monde naturel et intemporel, image fidèle du paradis primitif vu par les européens.

Via la globalisation et la technologie, peu d’endroits sur terre sont restés à l’écart du 21ème siècle. Avec les médias aujourd’hui, aucune culture n’est séparée ou distincte, toutes succombent à un phénomène global de pollinisation. Ainsi, les identités culturelles n’ont jamais été aussi fluides et Tahiti incarne justement cette fusion entre les traditions revitalisées et la culture populaire. Mais l’image de Tahiti reflète-t-elle bien cette évolution, cette fusion ?

Gauguin a fait le portrait de Tahiti à travers sa propre vision. J’aimerais en faire le portrait à travers la vôtre.

Ainsi, en partant des peintures de Gauguin, j’aimerais vous photographier chez vous, dans votre maison ou jardin. Ensemble, nous ré-interpréterons la composition des tableaux à travers un scénario réel en utilisant n’importe quel accessoire ou vêtement déjà présent chez vous.

Je cherche ainsi à créer un homage aux tahitiennes d’aujourd’hui, telles que vous vous identifiez, avec le passé riche de Tahiti comme cadre et contexte.

Destination

Ce travail sera présenté via une installation vidéo lors de mon exposition « TikiMiki – the Land of Milk and Honey », à la Galerie Winkler à Papeete, qui débute le 26 juillet 2018. Elle continuera à Paris en septembre. Je poursuivrai ce projet à Paris en photographiant les tahitiennes qui résident en France.

Déroulement et informations pratiques

Il s’agit de portraits de femmes posant dans leur environnement, dans un style qui rappelle la composition des tableaux de Gauguin. Les modèles peuvent être seules ou avec des amies.

Une fois que la scène est prête, je prendrai à la fois des photos et des vidéos courtes (5’). L’idée n’est pas de faire un copié-collé d’un tableau mais de refléter l’oeuvre de l’artiste. Nous pouvons improviser! Le plus important est d’être à l’aise avec le déroulé, votre image, et aussi de s’amuser.

L’idée de filmer les portraits est d’éviter d’avoir une image unique et statique, et d’accentuer ainsi la sensation de réalité, d’avoir une « vraie » personne derrière ce portrait. Le format vidéo permet aussi au spectateur de prendre conscience de son propre regard sur le sujet. Et ce regard vous le renverrez au spectateur. Une interaction, un échange, se crée ainsi.

Je cherche à représenter les femmes de façon positive quelque soit l’âge, l’ethnie, la taille ou la forme. C’est la diversité qui m’importe, elle est richesse, et permet de faire face aux clichés et aux préjugés.

Merci pour votre participation.

Tous les participants recevront une copie signée de leur portrait.

Garth Bowden
www.garthbowden.com
garth@garthbowden.com